Navigation

Hors de prix? Valeur des traitements médicaux en fin de vie

 

Combien coûtent les mesures destinées à prolonger la vie des mourants et combien notre société est-elle disposée à les payer? À l’aide d’une expérience sur la disposition de la population suisse à payer pour des traitements médicaux en fin de vie, ce projet s’efforce de répondre à cette question et à d’autres encore.

Description du projet (projet de recherche terminé)

Combien de traitements médicaux de peu d’utilité sont-ils appliqués avant un décès? Quel est le prix acceptable pour des mesures destinées à prolonger la vie? Et que pense la population suisse des coûts et de la valeur de mesures destinées à prolonger la vie? Ces questions sont difficiles mais il est indispensable que la société se les pose. En effet, jusqu’à un quart de l’ensemble des dépenses de santé ont lieu peu avant le décès et on peut s’attendre à ce que le progrès médical et des traitements plus intensifs fassent encore augmenter les coûts à la dernière phase de la vie. En raison du vieillissement de la population, on peut craindre que les dépenses de santé finissent par devenir inacceptables et que cela entraîne des rationnements douloureux.

Objectif

Ce projet va réaliser une expérience sur les préférences d’un échantillon aléatoire de mille personnes. Il vise à révéler si la société approuve un plafonnement des coûts à l’approche de la mort et quel pourrait être son niveau. On proposera aux volontaires des modèles d’assurance qui se différencient par exemple par l’exclusion de médicaments particulièrement oné-reux pour des maladies graves. On en déduira la disposition à payer de groupes démographiques prédéfinis et de la société dans son ensemble. De plus, l’équipe de recherche va étudier les coûts occasionnés au cours de la dernière année de vie de 70 000 personnes décédées, en fonction de différents types de décès (p. ex. coûts à la suite d’un accident, d’une maladie de courte durée, d’une maladie chronique). On pourra ensuite déterminer comment la part de chacun de ces types de décès s’est modifiée avec le temps. Cela permettra de voir si la prise en charge médicale des personnes en fin de vie s’est renforcée ces dernières années ou si les personnes âgées en fin de vie sont aujourd’hui en meilleure santé qu’autrefois. Il s’agit-là de facteurs importants pour évaluer les dépenses de santé futures.

Importance

Les résultats fourniront une base aux débats de société sur la valeur et le bienfait de traitements médicaux onéreux à l’approche de la mort. Il serait aussi souhaitable d’élaborer d’éventuelles lignes directrices pour empêcher des rationnements dissimulés.

Titre original

Unbezahlbar? Der Wert des Lebens und die Kosten am Lebensende aus gesellschaftlicher Sicht / Do high health care expenditures at end of life reflect preferences of the Swiss population?

Direction du projet

  • Prof. Dr. oec. publ. Konstantin Beck, CSS Institut für empirische Gesundheitsökonomie, Luzern
  • Dr. oec. publ. Harry Telser, Polynomics, Olten
  • Dr. sc. ETH Viktor von Wyl, CSS Institut für empirische Gesundheitsökonomie, Luzern

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Dr oec. publ. Konstantin Beck CSS Institut für empirische Gesundheitsökonomie Tribschenstr. 21 6002 Luzern +41 58 277 11 11 konstantin.beck@css-institut.ch

De ce projet